Tech-Dev et l’APEP* lancent un nouveau dispositif au service des MPME de transformation agro-alimentaire au Mali

, par  Marie Laure Gibaud, Tech-Dev

Le 16 février dernier, la salle de réunion du Centre du Secteur Privé (CSP) de Bamako a abrité la cérémonie de lancement officiel du projet Hub IIT « Intégrer l’Information Technologique », sous la présidence de M. Gaoussou Diarra, Ministre de la Promotion des Investissements et du Secteur Privé.

JPEG - 444.9 ko

Ce projet est financé dans le cadre de la Facilité d’Innovation Sectorielle pour les ONG « Secteur privé : services aux Micro, Petites et Moyennes Entreprises MPME » de l’Agence française de développement et par ICCO-coopération.

Il s’étale sur 36 mois (de début 2015 à fin 2017) et a pour objectif général d’améliorer la diffusion de l’information technologique (notamment Sud-Sud) et sa valorisation au sein des Micro Petites et Moyennes Entreprises (MPME) de transformation agro-alimentaire au Mali.

Il se centre sur six filières qui sont prioritaires dans ce pays : la transformation des fruits et légumes, la transformation des céréales (maïs, mil, riz, fonio, sorgho…), la transformation du sésame, les produits laitiers, les produits carnés, les produits de cueillette (karité, gomme arabique) et concerne les étapes de « bord champ » à la mise sur le marché de produits transformés finis.

Le projet est mené au Mali par le « Centre du Secteur Privé », outil privilégié de l’Association pour la Promotion des Entreprises Privées (APEP), situé dans le quartier d’affaire de Bamako qui dispose déjà d’un cyberespace, d’une salle de documentation et d’une plateforme électronique d’information (juridique, commerciale et de gestion).

Il consiste à tester un dispositif qui propose « en front office » une offre locale de services d’appui technologiques individualisés aux MPME de « de bout en bout » :
• du diagnostic sur site des besoins d’information :
-  pour le choix de technologies, de process, d’équipements et d’emballage adaptés
-  pour identifier des fournisseurs d’équipements ou de consommables (ingrédients, emballages, pièces détachées d’équipements…) adaptés
-  pour mettre en place un suivi qualité (connaissance des normes, connaissance des procédures d’analyses, acquisition des appareils de laboratoire et mesures…)
-  pour optimiser leur process et identifier des process pour diversifier leur production, valoriser leurs sous-produits, traiter leurs effluents.
• A l’appui au financement des solutions identifiées et à leur mise en œuvre au sein des entreprises.

Il innove par le développement d’un métier inexistant en Afrique : les « conseillers référents en développement technologique » proactifs (prospectant et intervenant en entreprise) ; Une équipe de six technologues sera recrutée ; ils/elles tiendront des permanences d’accès à l’information au CSP où ils/elles auront accès à une plateforme d’informations technologiques adaptées en ligne ;
Ils/elles seront appuyés « en back-office » par le Service d’Appui Technologique à Distance de Tech-Dev en capacité de compléter l’appui en mobilisant des conseils sur les problématiques spécifiques rencontrées par les entreprises au sein d’un réseau de plus d’une centaine d’experts africains et français et de nombreux fournisseurs de matériel et d’intrants africains, européens, asiatiques et sud-américains.
.
Après une phase d’évaluation du dispositif, les résultats de l’expérimentation seront capitalisés et diffusés auprès d’acteurs en charge de la diffusion des technologies de sept pays africains et auprès de bailleurs de fonds internationaux.

Le projet débute par un diagnostic des besoins et offres actuelles en la matière au Mali et une visite en France de l’équipe du CSP et de deux responsables maliens de dispositifs nationaux d’appui au secteur agroalimentaire pour observer le fonctionnement des CRITT (Centres Régionaux d’Innovation et de Transfert de Technologie).

* L’APEP a été créée en 1992 dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui au Secteur Privé (PASP) aux côtés de l’Etat malien et de la Banque Mondiale. L’association, initialement constituée d’une dizaine de membres (les banques et les grandes institutions) compte aujourd’hui vingt-six associations professionnelles membres.

Dans cette rubrique :